ZAZEN : simplement s’assoir

Le Zen, c’est simplement s’assoir, c’est simplement zazen.  Le Zen n’est ni un raisonnement, ni une théorie, ni une idée, ce n’est pas une connaissance à saisir avec le cerveau, mais une pratique : zazen, une assise juste.

Recréation de soi-même et compréhension du vrai soi, sans austérité ni mortification, c’est le véritable accès à la paix et à la liberté.

Le Zen n’est pas autre chose que la pratique de zazen. Zen signifie comprendre l’essence de l’univers ; za, s’assoir sans bouger, comme une montagne.

Afficher l'image d'origine


LA POSTURE : pousser le ciel avec la tête

Pour pratiquer zazen, on s’assoit sur un coussin (zafu). Les jambes croisées, le bassin est basculé en avant, les genoux appuient sur le sol. La colonne vertébrale se redresse, on pousse le ciel avec le sommet de la tête. Menton rentré, épaules relâchées, regard baissé, la main gauche dans la main droite, paumes vers le haut, les pouces se touchent.

Les conditions de l’immobilité totale sont ainsi crées, assis dans cette posture, on se concentre sur l’expiration.


zen meditation


 LA RESPIRATION : INSPIRER, EXPIRER ...

Pendant zazen,  la respiration joue un rôle primordial. Elle est calme, imperceptible et établit un rythme lent, puissant et naturel. L’expiration est longue et profonde. L’inspiration se fait naturellement.  Elle est plus courte que l’expiration...Si la respiration est bonne, toutes choses de la vie deviennent faciles.

Corps et esprit étant liés, une respiration profonde, lente, calme, puissante balaie les complications du mental. L’esprit devient clair comme un ciel sans nuages.


Afficher l'image d'origine


L’ATTITUDE DE L’ESPRIT : LAISSER PASSER

De même que la respiration juste ne peut surgir que d’une posture correcte, l’attitude de l’esprit découle naturellement d’une profonde concentration sur la posture et la respiration…. En zazen, les images, les pensées, les formations mentales surgies de l’inconscient passent comme des ombres devant un miroir et s’évanouissent naturellement. Sans entretenir de pensées personnelles, la conscience « hishiryo », au-delà de la pensée apparaît. Cet état n’est pas celui d’une conscience particulière mais le retour à la condition originelle.

Par la pratique de zazen, on peut comprendre que toutes les pensées ne sont que des contenus vides, dénués de toutes substances réelles, qui vont et qui viennent.

Afficher l'image d'origine


KIN  HIN : marcher sur la grande terre

Kin Hin se pratique entre deux zazen. C’est une marche rythmée sur la respiration.

Comme pendant zazen, la concentration sur chaque point de la posture est essentielle… de même que pendant zazen, l’expiration est longue, profonde, silencieuse et puissante, provoquant une expansion sous le nombril et créant une forte stabilité de la posture. A la fin de l’expiration, le corps se détend, l’inspiration se fait naturellement, et en même temps on avance d’un demi-pas.

Afficher l'image d'origine


LES REGLES DU DOJO : S’HARMONISER AVEC LES AUTRES

Le dojo est le lieu où l’on enseigne et pratique le dharma. Dharma est en même temps la loi cosmique qui gouverne notre monde, et l’enseignement de Bouddha qui a formulé cette loi, dont il avait fait l’expérience profonde en zazen.

Dans un dojo, il est important de s’harmoniser avec les autres, d’être comme le lait et le miel qui se mélangent parfaitement.

Suivre les règles du dojo signifie suivre la Voie. Par la répétition de la pratique, la compréhension s’approfondit, et plus elle s’approfondit, plus il devient possible de comprendre la signification des règles et de toutes les actions.

 

Afficher l'image d'origine


SESSHIN : DEVENIR INTIME AVEC SOI-MEME

Ses : toucher, joindre ; Shin : cœur, esprit

Sesshin signifie donc : toucher directement, devenir intime avec l’Esprit, l’Esprit originel, la nature de Bouddha qui existe en chacun de nous, mais qui est souvent occultée par les pensées et les émotions qui nous agitent. Ces obscurcissements sont le fruit de conditionnements immémoriaux.

Nous éveiller à la nature réelle de notre corps-esprit tel qu’on le découvre lorsque se dissipe l’ignorance, est le cœur de toute pratique spirituelle. Lors de retraites (sesshins) nous pouvons expérimenter l’enseignement du zen au quotidien par les quatre types d’action : marcher, se tenir debout, s’asseoir et s’allonger. Ce qui signifie que toute chose est la pratique du zen.

Durant une sesshin, chaque action est la continuation de zazen. Au-delà de notre conscience personnelle, nous suivons le déroulement de la journée, concentrés sur chaque action indiquée par les sons, vivant pleinement chaque instant. De cette manière, le corps et l’esprit retrouvent la véritable tranquillité. C’est le retour à la condition originelle, la réalisation de la vraie liberté.